Des chercheurs travaillent sur un projet expérimental de drones qui seraient capable de repérer des comportements violents dans une foule en utilisant l’intelligence artificielle.

Les scientifiques travaillant sur le projet ont rédigé un papier intitulé « Eye in the Sky », dans lequel ils expliquent comment fonctionne leur système. Un drone de la marque française Parrot permet de transmettre les images qui sont analysées en temps réel. Basé sur le deep learning, un algorithme entraîné se charge de repérer les comportements violents et de les faire correspondre avec des situations préalablement établies. Les chercheurs expliquent que ces dernières sont au nombre de cinq : les coups de pied, les coups de poing, l’étranglement, les tirs (avec une arme à feu) et les coups de couteau.

Cependant, le dispositif testé par les chercheurs n’est pas encore en place. Plus le nombre de personnes apparaissant dans le cadre augmente, plus le taux d’exactitude baisse. Ce dernier atteint le 94% lorsque peu de personnes sont présentes, mais tombe en dessous de 79% dès lors qu’il y a dix personnes ou plus. De fait, le système est loin d’être fonctionnel en situation réelle, mais il devrait tout de même être amélioré lors de festivals qui auront lieu en Inde.

En termes de motivation, plusieurs chercheurs ont indiqué à The Verge qu’avec cette technologie, plusieurs attaques auraient pu être évitées. À ce titre, le scientifique Amarjot Singh évoque l’attentat à la bombe qui a eu lieu à Manchester Arena l’an dernier, lors de la sortie du concert de la chanteuse Ariana Grande. Selon eux, une caméra de surveillance équipée d’un tel système aurait pu remarquer les comportements suspects dans la foule.

Malgré tout, un tel dispositif soulève de nombreuses questions éthiques. Lorsqu’il a été révélé qu’Amazon fournissait une technologie de reconnaissance faciale aux forces de l’ordre, de nombreuses associations de défense de la vie privée ont protesté. Si ces drones de surveillance devaient être mis en place, nul doute que leur utilisation devra être régulée et pourquoi pas, limitée à certains espaces.