Vous savez ce que veut dire «j’ai le seum» ? Eh bien, vous êtes en retard ! L’expression a déjà été remplacée. Pour comprendre ce que disent vos ados, suivez notre guide.

Soumiah et Sarah, deux ados de 16 ans du Bourget (Seine-Saint-Denis) ne disent plus « j’ai le seum », mais « j’ai le mort » quand elles sont « grave vénère », comprenez « très énervées ». Pour Arthur, Léonard et ses « potos » de 4e domiciliés dans la capitale, un « bolos des jeux vidéos » se nomme désormais « noob ».

La tchatche des ados évolue à la vitesse de l’éclair. Et leurs « darons » (pères) et « daronnes » (mères) en perdent leur latin ! Il suffit d’aller sonder la jeunesse un mercredi après-midi du côté du Forum des Halles à Paris pour s’en rendre compte. « Mes parents, ils ont besoin d’un décodeur », sourit Karim, 17 ans, lycéen de Vitry (Val-de-Marne). « Moi, je ne parle pas avec eux comme avec mes potes, même s’ils sont forts en verlan », confie Liam, 12 ans, collégien parisien en train de siroter un bubble tea. Comme de nombreux camarades, il use et abuse de « malaisant » en guise de synonyme de gênant. Un participe présent non homologué par les dicos que l’on croirait sortir tout droit d’une pièce de théâtre du XVIIe siècle. « Ben oui, on est des poètes ! » s’esclaffe Liam.

LIRE AUSSI >«L’argot des jeunes fait évoluer notre langue»

Layal et Léa, deux copines du Val-d’Oise, ont, elles, un faible pour le mot « outré » qui sonne « vieux ». « Quand je suis choquée, je dis : Je suis outrée », traduit l’une d’elles. Le langage un brin désuet à l’instar de « culotté » est en vogue, en particulier le long des barres HLM. « Les jeunes de banlieue aiment les mots ayant un cachet ancien. Ils adorent jongler avec les registres, jouer au marquis quand on n’en est pas un, s’imaginer être Cyrano de Bergerac… » observe la linguiste Aurore Vincenti, auteure du livre « Les Mots du bitume » (éditions Le Robert).

«Je dis frère à tout le monde, même à mes parents»

Les dalles hexagonales, les « binks », sont toujours les fournisseuses officielles de nouveautés lexicales qui « voyagent très vite ». « Dans les milieux populaires, il y a davantage de libertés avec la langue, plus de métissages, donc une plus grande créativité », souligne l’experte. En ce moment, Zacharia, lycéen des Hauts-de-Seine a un réflexe verbal. « Je dis frère à tout le monde, à mes potes, même à mes parents… Il n’y a que les profs que je n’appelle pas comme ça », se marre ce garçon en terminale à l’aise dans ses baskets et son survêtement à la gloire de la Mannschaft, l’équipe de foot d’Allemagne.

Léa, demoiselle d’Argenteuil (Val-d’Oise), met du « je suis choquée, t’es sérieuse ? » à toutes les sauces. Dans sa bouche, cela signifie simplement… « Je suis surprise, c’est vrai ce que tu racontes ? » Avec son auditoire en classe, Mathilde Levesque, professeure de français dans un lycée de Seine-Saint-Denis, a fini par bannir le trop prisé « choqué ». « Il exprime la joie, la colère, la déception, la surprise… Je demande à mes élèves de chercher des synonymes », explique cette « passionnée » de punchlines made in 9-3, qui a écrit l’ouvrage « Figures stylées » (Editions First).

-

Impossible de savoir comment, précisément, naît une expression et qui en est le géniteur. « Ça vient comme ça, on n’en connaît jamais l’origine exacte », décrivent Maxence et Pierre, 14 ans, en troisième à Paris, adeptes, en cette rentrée, du « il ne veut pas grandir » (« c’est un gamin »). Les jeux vidéo, l’arabe dialectal, le nouchi (argot ivoirien), les rappeurs… sont d’excellents prescripteurs.

« C’est toujours un mélange bizarre. Le problème, c’est que parfois on oublie les mots basiques de vocabulaire », reconnaît Andrea, 17 ans, de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). « C’est plutôt un plus pour notre langue même si des formules très vulgaires ne la font pas évoluer dans le bon sens », confessent Ewan et Thibault, étudiants. « Ben ouais logique ! » répètent-ils, en hommage à leur dernier tic de langage qui ponctue chacune de leur phrase.