A lire ici: http://www.slate.fr/story/166937/comment-le-ouija-fonctionne

Vous avez probablement une connaissance qui vous a déjà juré sur tout ce qu’elle a de plus cher que les esprits existent, expérience personnelle à l’appui. Une expérience qui se base peut-être sur l’une des méthodes les plus populaires pour communiquer avec les morts, le ouija. Le ouija est une petite planche sur laquelle est inscrit l’alphabet, les chiffres de 0 à 9 et les mots «Oui», «Non» et «Au revoir». Les participant se placent autour et posent leurs mains sur une morceau de bois appelé «goutte».

L’esprit invoqué épelle alors ses réponses en dirigeant la goutte sur les lettres du ouija. Mis en vente dans les magasins de jouets des année 1890, il s’inspire, selon Robert Murch, historien spécialisé dans le spiritisme, des «talking board», des planches très populaires pendant la guerre de Sécession auprès des familles qui voulaient contacter les soldats décédés. Ni fenêtre sur les enfers, ni portail occulte vers le monde des morts, les mouvements de la goutte seraient en fait dus à un phénomène psychologique appelé «effet idéomoteur».

Portail vers l’inconscient

Pour faire simple, l’effet idéomoteur est un mouvement musculaire inconscient et involontaire. Vous bougez alors que vous ne l’avez pas voulu. Par exemple, lorsqu’on est sur le point de s’endormir et que l’impression soudaine de tomber nous réveille en sursaut. Ces mouvements involontaires peuvent aussi arriver éveillé, mais sont alors beaucoup moins brusques.

Lors d’une séance de ouija, le cerveau créé inconsciemment des images, en réponse aux questions posées à l’esprit. Il transfère ensuite les mouvements au corps mais sans que l’on soit conscient de cette influence. La goutte sert ainsi à canaliser ces mouvements en concentrant l’attention. Une manière simple de vérifier ce phénomène est d’effectuer une séance avec les yeux bandés. Comme les participants ne sont plus capables de visualiser les lettres, les fantômes deviennent immédiatement analphabètes. Les mouvements provoqués par effet idéomoteur n’étant pas conscients, il est très difficile d’admettre que nous en sommes effectivement les auteurs.

Le succès de la planche de ouija réside dans le fait que les mouvements provoqués par le subconscient sont plus puissants lorsqu’on est persuadé de ne pas être en pleine possession de ses moyens. Quand on pense être dirigé par un esprit par exemple. Les Ouija sont donc des outils de communication efficace… pour communiquer avec soi-même.