A lire ici: https://www.telerama.fr/medias/le-meilleur-de-youtube-nos-six-coups-de-coeur-en-finale-du-frames-festival,n5825038.php?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1538305641

La troisième édition du Frames Festival aura permis de mettre en lumière la créativité grandissante des vidéastes sur Internet. Démonstration avec six vidéos choisies dans la sélection finale de la compétition organisée par le Festival ces 28 et 29 septembre à Avignon.

Mine de rien, le Frames Festival d’Avignon est en train de s’imposer comme le rendez-vous annuel de la création vidéo sur Internet. Côté cour, cette troisième édition a permis aux vidéastes de commencer à s’organiser en créant une fédération qui devrait être un lieu d’entraide et de représentation face aux organisations professionnelles (CNC, SCAM, SACD…) et aux pouvoirs publics. Côté jardin, elle aura été l’occasion de montrer que la qualité des vidéos sur Internet peut s’avérer inversement proportionnelle à la faiblesse des moyens dont disposent des vidéastes passionnés mais toujours aussi scandaleusement mal rémunérés par les plateformes vidéos, YouTube en tête.

En témoigne, la compétition de vidéos amateures, réservée aux chaînes YouTube de moins de 10 000 abonnés, organisée cette année par le Festival. Un moyen d’encourager les nouveaux talents et de sortir quelques pépites de l’anonymat, le tout sous la supervision d’un jury trié sur le volet : Adrien Ménielle (Golden Moustache), Marion Montaigne (Tu mourras moins bête), Cyprien, Vanessa Brias (Studio Bagel) et Kyan Khojandi (Bref). Sur les plus de 200 vidéos reçues, 19 ont été retenues dans la sélection finale. Au menu, une variété réjouissante de sujets de formats et une liberté de ton qui prouve que la création vidéo sur Internet est loin d’être bridée. Illustration avec ces six vidéos sélectionnées parmi les finalistes.

Rage of Fire 2 (Masebrothers)

Un court métrage délirant qui nous propose ni plus ni moins que de faire un véritable bond dans le temps ! Sur un scénario volontairement bas du front (le héros Axel doit affronter une flopée de méchants pour délivrer sa soeur Gina), les Masebrothers réalisent un film savoureusement rétro, bourré de références à la pop culture des années 80 et 90 (Street Fighter, DoomRetour vers le futurZelda… pour n’en citer que quelques-unes). Esthétique délirante, musique évocatrice, réalisation maîtrisée, qu’on ne s’y trompe pas, ce Rage of fire tient moins de l’hommage bricolé du dimanche que du véritable travail de pro. De quoi donner aux nostalgiques l’illusion de louer une bonne vieille cassette VHS.

Le Sourire de Guénolé (Le Takoum)

Un saladier de chips mexicaines en premier plan, ça sent un peu le pétard mouillé. Et finalement non, le court-métrage comique Le sourire de Guénolé, épate jusqu’à la fin. Aux prémices d’une soirée bien alcoolisée entre amis, Guénolé, grand nigaud plutôt lourd, montre à ses potes sa dernière trouvaille : un ignoble dentier en plastique. L’arrivée d’Adèle à la petite sauterie force le héros à rester enfermé dans sa propre blague… et ce, plus longtemps que prévu. Très pro tant dans l’écriture, que dans le jeu et la technique, cette vidéo du collectif Le Takoum évite les écueils du sketch sur Internet. Exit les moments de malaise et les grosses ficelles. Malgré un humour un brin pipi caca, leur chaîne renferme de belles perles aux chutes toujours soignées.  Mention spéciale pour De Nacre et de sang, parodie drôlissime d’une bande annonce de thriller français.

Depardieu et des pâtes (George & Michael)

« La prochaine fois que vous allez au supermarché, et que vous vous retrouvez avec une boîte de Barilla ou Lustucru dans la main, dites vous bien qu’un jour des mecs ont pris leur voiture à 5h du mat pour envoyer des pâtes et de la sauce en synchro dans un grand hangar. » La mise en bouche ne manque pas de sel. Dans l’unique vidéo publiée sur leur chaîne Youtube, Laurent et Alexandre, alias Michael et George, dissertent sur une publicité Barilla (oui oui, la marque de sauces) avec autant de sérieux que s’il s’agissait d’une scène de cinéma. Alors que la tendance générale relègue la création publicitaire au rang de sujet de moquerie ou d’indignation, les deux copains assument de la présenter comme une production artistique et technique à part entière. Un parti pris original, assaisonné d’un ton rieur et (presque) bienveillant. On attend la suite avec impatience !

Alien Go (Chroniques du Désert Rouge)

C’est comme avoir zappé sur un vieil épisode de Strip-tease, la très culte émission belge créée par Jean Libon et Marco Lamensch il y a plus de trente ans. Dans Alien Go, un caméraman suit le quotidien de Cyriak, bricoleur candide, lunaire et chasseur d’extra-terrestres invisibles qu’il appelle ses « minets ». Qualité VHS, Antisocial de Trust en fond sonore, vieille Renault 5 en second plan, on est projeté trente ans en arrière. Baptiste, le réalisateur du court-métrage, relève talentueusement un défi risqué : celui du faux documentaire. Pas de mépris pour son Don Quichotte cosmique mais une poésie enveloppante. L’acteur principal se livre face caméra dans des explications troublantes de sincérité. Aucun doute possible sur la culture cinématographique de Baptiste qui décrypte ses films préférés sur sa chaîne Chroniques du désert rouge. Sensible et passionnant.

Le Clou du Spectacle – Une vie sur mesure (Val Och)

Les arts de la scène se résument pour vous à Shakespeare ou Molière ? Alors embarquez pour ce « clou du spectacle ». Dans sa chronique, Valentine met à l’honneur le spectacle vivant, dépoussière le genre de la critique théâtrale avec une fraîcheur et un enthousiasme communicatifs. Ce cinquième épisode nous partage ses impressions sur le seul-en-scène Une vie sur mesure, une « parenthèse de douceur, de musique et de passion » écrite par Cédric Chapuis et jouée depuis 2017 par Axel Auriant. Aux analyses métaphysiques ou millimétrées, la jeune femme préfère le partage intimiste face caméra, joue la bonne copine qui nous prend à part pour donner ses conseils persos. Des apartés pleines de naturel dont on ressort conquis, et plus affamé de théâtre que jamais.

Histoire de Q #2 : Les petits Oiseaux (On se laisse la nuit)

Sans surprise, et c’est amplement mérité, la chaîne On se Laisse la nuit continue à agiter la toile et à truster les sélections dans les festivals. Déjà lauréate à la Cérémonie des Pouces D’or organisée par Les Internettes en septembre dernier, Elsa Bouyeron s’invite aussi dans la short list du Frames Festival avant peut-être d’y rafler un nouveau prix. Dans sa vidéo Histoire de Q#2 : Les Petits Oiseaux, la comédienne et ancienne étudiante en lettres analyse le recueil d’Anaïs Nin publié en 1979. Reflet de toutes les vidéos de sa chaîne, le résultat est bluffant de précision et donne envie de se plonger illico dans ce livre interdit que l’on regardait de loin, d’un œil timide.