A lire ici https://urbania.ca/article/les-10-hotels-le-plus-hantes-au-monde/

 

À l’approche de l’Halloween, le spectacle HOTEL de Cirque Éloize, URBANIA et la Place des Arts s’associent pour vous donner des frissons.

On pourrait penser que les histoires de fantômes appartiennent au passé. Les nouvelles technologies et l’accès à l’information auraient pu déboulonner les abondants mythes et superstitions. Pourtant, le web 2.0 a contribué à un phénomène opposé. Les hôtels, motels, villégiatures et résidences temporaire sont le théâtre de toutes les théories sur internet. Une nouvelle archive des occurrences paranormales existe grâce aux nombreux témoignages laissés sur des sites d’évaluations. Il existe même des répertoires spécialisés en lieux hantés pour les touristes avides de portes claquées, chaises déplacées et apparitions sinistres. On vous laisse ici avec une liste de 10 hôtels possédés qui ont retenu notre attention, une lecture avisée avant de faire ses réservations.

LE CHÂTEAU FRONTENAC

Tant qu’à aller faire un somme dans des lieux infestés de fantômes, autant choisir des fantômes illustres et décorés. Du gallon, ça, Louis de Buade de Frontenac en a. Gouverneur de la Nouvelle-France a deux reprises, il a certainement laissé sa trace dans la colonie. Du moins au Château Frontenac, si on en croit les lustres aux clignotements étranges aperçus à même ses dédales. À flasherses lumières ainsi, il est fort à parier que l’esprit du grand personnage a été un fan assidu de L’heure JMP.

LE GLADSTONE HOTEL

Le plus vieil hôtel de Toronto en a vu de toutes les couleurs. Construit en 1889, passant entre les mains de nombreux propriétaires, il a gagné au fil des années la réputation d’être hanté par l’âme d’un joueur de piano. On dit que sa restauration en un luxueux établissement artsy-fartsy au tournant des années 2000 aurait fait fuir son locataire ectoplasmique. Comme quoi la gentrification est un enjeu social qui concerne tout le monde, y compris les communautés de l’au-delà.

LE SORRENTO HOTEL

Les propriétaires du Sorrento Hotel, situé à Seattle, peuvent se compter chanceux. Ils comptent parmi leurs locataires l’un des fantômes les plus cools en ville : Alice B. Toklas. L’auteure, intellectuelle et inventeuse des brownies au pot auraient été aperçue en train de chiller autour d’un piano à queue dans l’une des suites de l’établissement, pianotant probablement sous influence. Avec des fantômes aussi décontractés, pourquoi vouloir appeler Ghostbuster?

LE DELTA BESSBOROUGH HOTEL

Il semblerait que les spectres du Bessborough Hotel de Saskatoon soient eux aussi assez 420 friendly. L’un d’eux s’est manifesté à une bande de gayés rappeurs errants dans ses couloirs pour tourner un vidéoclip. Parmi les incarnations remarquées depuis sa construction, on note l’apparition récurrente d’un homme coiffé d’un fedora gris qui aborderait amicalement les chambreurs. Une vieille femme et des enfants auraient également été aperçu, mais notre préféré reste quand même le gentil monsieur au distingué fedora.

LE FORT GARRY HOTEL

Si un jour vous séjournez au Fort Garry Hotel à Winnipeg et qu’on vous attribue la chambre 202, vous pouvez vous compter choyé.es. Non seulement une présence fantomatique peut être ressentie à même la surface du matelas alors que les murs dégoulinent parfois de sang, mais de plus, 202 est un chiffre vraiment facile à retenir. Impossible donc, d’oublier où l’on est sensé aller dormir!

LE CRESCENT HOTEL

Un autre hôtel dont les manifestation spirituelles ont des avantages collatéraux insoupçonnés. Dans cet établissement d’Eureka Springs, en Arkansas, vous n’aurez jamais a vous demander si vous avez laissé la porte de votre chambre ouverte. L’esprit de Michael, un maçon qui a rencontré brutalement la mort en tombant d’un échafaud pendant la construction de l’édifice en 1886 s’en occupe à votre place. Vraiment gentil, ce Michael!

LE BANFF SPRINGS

Tel un chambreur problématique et turbulent, se pourrait-il qu’un esprit puisse déranger un établissement hôtelier jusqu’à faire prendre des mesures drastiques à son administration? Quelqu’un au Banff Springs Hotel a probablement dû péter une solide coche pour retirer de son établissement toute trace la chambre 873, porte incluse. On raconte que les locataires s’y réveillaient en pleine nuit dans la terreur, leur pièce saccagée par des empreintes de mains ensanglantées sur les murs. À bien y penser, on se dit qu’au final, le fantôme coûtait peut-être trop cher en frais d’entretien.

LE DALHOUSIE CASTLE

Édimbourg compte dans ses attractions touristiques un magnifique château du 13ième siècle, le Dalhousie Castle, devenu un hôtel de luxe où les chambreurs peuvent admirer l’architecture ancienne, la déco flamboyante ainsi que le spectre agité de Lady Catherine leur sommant de la laisser tranquille en chambardant des meubles. Morte après avoir entamée une grève de la faim dans une pièce barricadée du château, la distinguée Lady Catherine promet de pimenter vos nuits d’errances au cœur des fortifications.

LE LIZZIE BORDEN BED & BREAKFAST

On passe en revue les plus luxueux hôtels hantés du monde entier, mais ne boudons pas le plaisir des petits endroits bucoliques comme la résidence où Lizzie Borden, auteure présumée de la charcuterie sanglante d’Andrew et Sarah Borden (à coup de hache), a passé sa vie et rendu l’âme. Devenue un mignon bed & breakfast, la modeste demeure compterait à la fois les esprits des victimes et de la meurtrière comme visiteurs. On peut apercevoir le fantôme de Lizzie dans le sous-sol, s’assurant pour la énième fois que l’arme du crime a bel et bien été enfouie. On lui souhaite ardemment d’entreprendre une thérapie pour se libérer de ce pernicieux toc.

LE CECIL HOTEL

On vous a gardé le meilleur pour la fin. L’hôtel des légendes les plus sordides et des phénomènes les plus étranges, construit au cœur de Los Angeles en 1924, compte une quinzaine de morts à son actif et aurait été le domicile de plus d’un tueur en série. On y aurait aperçu Elizabeth Short, mieux connue comme le Dahlia Noir, en vie pour la dernière fois. Cet hôtel est aussi le théâtre d’un fameux cas de disparition tout à fait inexpliqué, arrivé récemment et partiellement documenté. Elisa Lam, une étudiante Canadienne sans histoire, a été signalée comme disparue alors qu’elle séjournait à l’hôtel pendant ses vacances. Introuvable pendant plusieurs jours, des caméra de surveillance l’ont cependant capturée une dernière fois et la montre s’adonnant à un jeu de cache cache troublant. Personne ne peut identifier de qui Elisa Lam se défile, alors qu’elle semble piégée dans un ascenseur qui n’obtempère plus. On retrouva la malheureuse plusieurs jours plus tard avec stupéfaction, alors que sont corps inerte macérait dans un réservoir d’eau situé sur le toit de l’édifice, qui soit dit en passant était normalement inaccessible.

Toutes nos excuses à nos lecteurs et lectrices qui se sont tapé cet article en pensant pouvoir aller au lit juste après.

**********

Pas besoin d’avoir des nerfs d’acier pour apprécier le spectacle HOTEL, présenté dans le cadre des 25 ans du Cirque Éloize, qui sera présenté en première canadienne à la Place des Arts du 14 au 17 novembre 2018. Il a été créé par le Cirque Éloize, qui se demandait ce qui avait le plus marqué ses 25 dernières années et qui en est venu à la réponse: les hôtels. Le spectacle est co-produit par La Tohu et Les Spectacles Place des Arts.

Pour célébrer le cirque et les hôtels, sans peur de fantômes!