A lire ici: http://www.slate.fr/story/169683/application-mobile-copines-sorties-adulte-hommes-decevants

Depuis quelques années, apparaissent en France des interfaces dédiées aux activités de loisirs entre femmes. Un phénomène qui en dit long sur le besoin des femmes de recréer des solidarités qui semblent avoir disparu mais aussi de se défaire des rapports de pouvoir et de séduction avec les hommes

«Lors de ma première sortie entre filles, j’étais fébrile, avec mon petit panneau “Copines de sortie” pour m’identifier au resto. Je me demandais si elles allaient venir.» Patricia Ruelleux se rappelle avec nostalgie déjà de la première sortie qu’elle a organisée à Nice. Au début, elle cherchait juste un moyen de se créer un nouveau cercle de copines, alors qu’elle était installée depuis quelques semaines dans la cité des anges. Elle avait tenté quelques semaines plus tôt d’aller dîner au restaurant seule, mais entourée de gens mangeant en famille, entre amis, elle s’est dit: «Non, ce n’est pas possible d’être seule devant mon plat de linguines!».

Patricia a fait défiler les options possibles pour rencontrer du monde. Ayant mis de côté les associations qui avaient fermé leurs portes à la veille de l’été, elle s’est intéressée aux applications mobiles de rencontres. «Il y en a plein et leur mode de fonctionnement est en effet très pratique car elles permettent aux gens de se rencontrer à tout moment de la journée. Il n’y a pas d’horaires d’ouverture ni de fermeture. Le hic? Elles ne s’intéressent qu’au domaine des rencontres amoureuses, explique la jeune femme de 38 ans. Ce dont j’avais envie ce soir-là, c’était de dîner avec des copines, en toute légèreté et sans pression, comme au bon vieux temps de la fac. Sauf que mes copines de la fac… tout comme moi, cela fait belle lurette qu’elles sont éparpillées aux quatre coins de la France et du monde!» Elle crée alors une page Facebook, puis quelques mois plus tard une application mobile, Copines de sortie, le 15 février 2018. Neuf mois plus tard, 20.000 femmes sont inscrites sur l’outil. Mais cette interface n’est pas la seule à être dédiée aux sorties ou aux loisirs entre femmes. Le site internet Copines de voyage (sans lien avec Copines de sortie) créé en 2016 revendique 340.000 membres et 10.000 voyageuses depuis ses débuts. Mais alors, pourquoi un tel attrait des femmes pour ces activités entre femmes?

Recréer du lien social

«Le besoin de lien social des femmes a toujours existé et les femmes ont toujours imaginé des solutions pour y répondre, avance Patricia Ruelleux. On observe aujourd’hui –et personne ne le contestera– que notre société est marquée par une hausse du nombre de divorces et de difficultés à rencontrer un compagnon stable. Ces deux facteurs principaux, sur fond d’hyperactivité de la société, entre le travail, les transports et toutes les obligations familiales et privées, ont des conséquences inédites en matière d’isolement des femmes et invitent à envisager de nouvelles réponses, en concevant des outils innovants et parfaitement intégrés à la vie de ces femmes.» Celles inscrites sur l’application Copines de sortie sont de tous horizons socio-professionnels et présentent une palette très représentative de la société en termes de situation individuelle. Maryline est professeure, Niçoise, mais a envie de rencontrer de nouvelles copines. Laura est arrivée depuis peu à Cannes et ne connaît pas grand monde. Julia lance son entreprise et peut développer son réseau par le biais de l’application. Myriam est extrêmement timide et parvient à lutter contre ce trait de caractère grâce à Copines de sortie tandis que Kercia est brésilienne et peut travailler son français en rencontrant d’autres filles. Il y aussi Selma qui affirme de manière humoristique que Copines de sortie «lui a sauvé la vie» ou Élisa dont toutes les amies sont mariées et plus vraiment disponibles pour sortir.

Ces femmes sont divorcées ou séparées élevant seules des enfants, indépendantes, célibataires et sans enfants, en couple avec ou sans enfants mais dont les copines ne sont pas disponibles; elles s’installent dans une nouvelle ville pour leur carrière professionnelle. Quelle que soit leur situation, elles ressentent le besoin de recréer du lien social, leur réseau à elles.

Se libérer des hommes

À écouter les femmes, âgées en moyenne de 25 à 45 ans qui utilisent l’application, la question des relations avec les hommes revient systématiquement. Qu’elles aillent boire un verre, manger au restaurant ou faire une randonnée par le biais de cette interface, chaque fois elles s’interrogent sur les raisons des relations si compliquées avec les hommes. «Beaucoup sont déçues, certaines bataillent, quelques-unes sont heureuses en couple mais globalement j’arrive à la conclusion que, nous les femmes, avons surinvesti le domaine de la relation amoureuse, un peu comme le seul salut de notre bonheur sur terre. Nous ne sommes pas totalement responsables de cette situation puisqu’on nous biberonne depuis notre jeune âge de trouver le prince charmant, mais le moment est venu de prendre la mesure des autres moyens qui existent pour s’épanouir dans la vie et notamment de sortir et de s’amuser entre copines», prophétise la fondatrice de Copines de sortie.

«Les femmes sont fatiguées d’être tout le temps objet de désir. Elles veulent être elles-mêmes. Pour y parvenir, à un moment, elles ont besoin de rompre avec les hommes, ne serait-ce que temporairement.»

Azadeh Kian, sociologue

Azadeh Kian, sociologue et directrice du Centre d’enseignement, de documentation et de recherche sur les études féministes (Cedref) entend ce besoin de se libérer des hommes et complète: «Ce sont des crises de nos sociétés modernes qui ont longtemps construit ou voulu construire des femmes comme objet de désir. Et les femmes sont fatiguées d’être tout le temps objet de désir. Elles veulent être elles-mêmes. Pour y parvenir, à un moment, elles ont besoin de rompre avec les hommes, ne serait-ce que temporairement.» Le besoin de retrouver des liens «à l’ancienne», plus simples, dénués d’une «injonction de séduction» motive ainsi toutes ces femmes. Azadeh Kian confirme cette tendance. Et elle va même plus loin. «Les femmes sont seules, elles s’inscrivent sur des sites de rencontre, mais elles se rendent compte qu’en réalité, les hommes ne sont pas là pour chercher une relation durable mais plutôt pour coucher avec quelqu’un un soir, développe-t-elle. Alors que les femmes ne sont pas dans cette démarche-là. Elles veulent trouver quelqu’un avec qui elles peuvent construire une vie, en tout cas une relation plus stable. Ces femmes en ont marre de ces sites de rencontres virtuelles parce que, même quand ça se réalise, elles sont totalement désillusionnées.» La sociologue estime que les plateformes de socialisation dédiées aux femmes répondent ainsi à l’impossibilité d’atteindre un rapport idéal avec les hommes, en proposant de s’amuser avec des amies et de combler un manque affectif. «Cela qui en dit long sur l’état de nos sociétés éclatées», commente-t-elle.

Redonner de la place à l’amitié féminine

Selon la directrice du Cedref, il y a une volonté de retrouver des rapports plus simples, comme «une réaction d’une partie des femmes, par rapport au consumérisme, par rapport à la femme en tant qu’objet de désir des hommes». La volonté de ne plus «se soumettre aux desiderata des hommes» qui imposent leur pouvoir fait aussi partie de ce phénomène. «Et il y a des choses qu’on se raconte de l’ordre de l’intime qu’on ne peut pas se raconter en présence des hommes», poursuit Azadeh Kian qui parle d’un retour à des relations plus traditionnelles entre femmes, avec le besoin d’être soi-même, sans avoir à se faire belles, à montrer un certain visage.

Les femmes auraient ainsi été «affaiblies par l’hétérosociabilit黫vrai diktat de la modernité».

Pour la sociologue, la société a imposé une «hétérosociabilité», où les groupes se doivent d’être forcément mixtes. Or, «l’homosociabilité», c’est-à-dire des groupes de femmes ou des groupes d’hommes uniquement, permettent à chacun de s’épanouir individuellement. «Ces femmes potentiellement se renforcent parce que dans ce type de socialisation, vous n’avez pas besoin d’être nécessairement ceci et cela, bien faite, avec un corps parfait, etc. Vous pouvez voir aussi que vous avez d’autres caractéristiques, d’autres points forts. Ça peut renforcer certaines femmes. Donc c’est un besoin réel, elles ont besoin d’avoir confiance en elles.» Les femmes auraient ainsi été «affaiblies par l’hétérosociabilit黫vrai diktat de la modernité».

Cette solidarité entre femmes se manifeste d’ores et déjà sur l’application Copines de sortie. «J’ai rencontré une fille lors d’une sortie sur l’application. Un jour, elle a expliqué, lors d’une soirée, qu’elle venait de se séparer de son compagnon et n’avait nulle part où dormir, relate Julia. Cela m’a paru évident de l’héberger pour l’aider. Cela a duré deux semaines et lui a permis de rebondir.»

«Outil de notre époque»

Des sites proposant des activités ou des sorties, mixtes, ont ainsi été délaissés par les femmes. «Quand j’habitais à Lyon, j’avais essayé d’utiliser On va sortir (OVS), relate Marie. Mais je me suis rendue compte que les utilisateurs étaient généralement plus âgés. En plus, les hommes considéraient le site plus comme un site de rencontres amoureuses qu’un site pour se faire des amis.» Plusieurs jeunes femmes racontent avoir tenté de s’inscrire dans des cours de sport, ou d’autres activités de loisirs, sans parvenir à rencontrer de nouvelles personnes.

Mais finalement, c’est à une société où l’individualisme a pris le pas sur le reste, où les femmes se sentent bien souvent isolées, en particulier en raison de leurs migrations professionnelles, à laquelle les applications comme Copines de sortie répondent. «L’application est un outil de notre époque. Si à un moment donné, vous avez envie de sortir, de rencontrer de nouvelles personnes, c’est possible quasiment immédiatement», assure Patricia Ruelleux. Azadeh Kian confirme: «En fait, ces rencontres entre femmes ne sont pas une nouveauté, mais dorénavant, elles peuvent s’organiser grâce à internet». Immédiateté et simplicité règnent donc sur ces interfaces à travers lesquelles ces femmes cherchent à recréer du lien. Et Patricia Ruelleux est catégorique: «Elles ne veulent pas se passer des hommes mais aspirent à rééquilibrer les relations hommes-femmes.» Un idéal accessible?