Selfie Harm (ou « Le mal du selfie »), c’est le nom de la dernière série de Rankin, un photographe qui a mené une campagne contre les standards de beauté imposés aux adolescents. Derrière cette opération, l’agence M&C Saatchi – en collaboration avec MTArt Agency – a voulu montrer en images la pression sociale subie par ces ados sur les réseaux sociaux, face à ces injonctions.

Le projet du photographe britannique consistait à demander à des jeunes entre 13 et 19 ans de retoucher leurs portraits naturels avant de les poster ensuite sur les réseaux sociaux. Quel visage aimeraient-ils avoir sur leur compte Instagram ? Après avoir retouché en quelques minutes leurs portraits sur des applications de retouche photo visant ce jeune public, le résultat est terrifiant et en dit long sur la représentation qu’ils se font de la beauté.

On remarque que la plupart, surtout les filles, se sont réduit le nez et ont grossi leurs lèvres, à l’image des modèles en vogue telles Bella Hadid, les sœurs Jenner, ou encore Emily Ratajkowski.

« Le programme que nous avons utilisé était similaire à des applications comme Facetune […], mais il existe des centaines de ces applications. […] L’essentiel, c’est que nous n’avons pas recruté des utilisateurs de ces applications, mais que nous avons trouvé des adolescents et leur avons demandé de les essayer. On leur a montré comment les utiliser, ce qui prend littéralement quelques secondes, car elles sont très faciles à comprendre, puis ils ont fait le montage eux-mêmes.

[…] Ce que vous pouvez faire avec ces applications va bien au-delà de ce que Photoshop peut faire. La technologie évolue très rapidement et l’idée d’être quelqu’un de différent de celui que vous êtes peut être excitante, mais quels sont les pièges qui l’entourent ? C’est la question que je pose. Si vous pouvez être une version ‘plus raffinée’ de vous-même, à quel point est-il difficile d’accepter ce que vous êtes réellement ? Il s’agit d’un terrain miné pour la santé mentale et ce projet ne fait qu’en gratter la surface », explique Rankin à Bored Panda.

Cette série s’inscrit dans une plus large campagne de l’agence, intitulée VISUAL DIET qui met en relief l’importance de l’image dans le rapport à soi et à notre santé mentale.

© Rankin

© Rankin

© Rankin

© Rankin

© Rankin

© Rankin

© Rankin